3 Rue de Verdun, 59480 La Bassée
06 21 01 42 46
duvergebertrand@gmail.com

Stress et angoisse de la rentrée, que faire?

Stress et angoisse de la rentrée, que faire?

stress de la rentrée, baisser son stress grâce à l'hypnoseCe lundi 4 septembre 2017, quelque 12,4 millions d’élèves et 861 000 enseignants ont repris le chemin de l’école, du collège ou du lycée.

Un tiers des écoles primaires sont passés d’ailleurs à la semaine de quatre jours, au lieu de celle de quatre jours et demi instaurée sous le quinquennat précédent.

Le stress et l’école

Tout d’abord, les étudiants sont eux aussi stressés et dans les mêmes proportions que leurs parents, vis-à-vis du monde du travail.

environ un étudiant sur 3 se plaint d’un stress gênant.

Pour mieux analyser les motifs de stress des étudiants une enquête avait  été réalisée lors de la rentrée 2010-2011 auprès de tous les étudiants de l’Université Catholique de Lille (UCL), venus en visite médicale au Centre polyvalent de médecine universitaire.

L’enquête porte sur un large échantillon d’étudiants grâce au caractère réglementaire de la visite médicale lors de l’inscription en première année à l’UCL.

3624 étudiants ont été inclus dans l’enquête. 3210 questionnaires étaient totalement exploitables (50,8% d’étudiantes et 49,2% d’étudiants). Les résultats sont conformes aux autres travaux réalisés, 27,9% des étudiants se perçoivent plus stressés qu’au lycée.  59,3% estiment que le stress est pour eux un frein plus qu’un moteur.

Enfin  55,4% étaient près à effectuer une consultation d’ordre psychologique si leur stress devenait trop envahissant.

Les motifs de stress des étudiants 

Les deux principaux motifs de stress des étudiants de 1ère année sont, de loin, les études et l’avenir.

Respectivement 67,1% et 36% des étudiants déclarent percevoir un stress modéré ou important.

Concernant les études, les sources de stress sont par ordre décroissant : en premier le passage des épreuves (62,9%) ; en second les révisions (63,3%) ; puis les rattrapages (60,1%) ; l’attente des résultats (51,8%) ; et  la quantité de travail à fournir au cours de l’année (52,23%) :  ensuite les travaux pratiques (comprenant le travail en groupe, les présentations orales et écrites ainsi que les stages, 40,2%); une plus grande autonomie dans la gestion de leur travail par rapport au lycée (21,69%).

13,8% des répondants présentent une anxiété pathologique probable. Les filles sont plus anxieuses que les garçons. Les étudiants anxieux perçoivent le stress de façon plus intense.

Cette période de l’entrée en études supérieures s’accompagne de nombreux changements et d’incertitudes.

Autant de raisons pouvant expliquer une augmentation du stress et de l’anxiété chez les étudiants.

Les premiers résultats de cette large enquête réalisée à l’UCL montrent que le stress est une réalité. En résumé, il touche un étudiant sur trois qui entre en première année d’études supérieures.

La peur de l’échec scolaire et de l’avenir sont les plus fréquentes.

Un étudiant sur deux se dit prêt à consulter si le besoin se faisait sentir.

Pour conclure, l’information l’accès aux techniques de gestion du stress et l’orientation vers un soutien psychologique sont un enjeu majeur pour la santé des jeunes.

Que faire?

Pourquoi ne pas essayer l’hypnose. L’hypnose est un outil qui est de plus en plus utilisé. il est utilisé pour la préparation des sportifs et également pour la préparation des étudiants pour le passage des concours.

Pour en savoir plus cliquez ici